Le choeur

Arsis, l’élévation. C’est en 2006 que Pierre-Fabien Roubaty choisit ce terme grec d’une profonde signification, pour désigner le Chœur qu’il façonnera et guidera vers l’idéal de cet élan musical.

Le Chœur Arsis compte actuellement une trentaine de jeunes chanteurs. Tout en ayant une prédilection pour les compositeurs des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, le Chœur fait de régulières incursions dans des répertoires plus contemporains (B. Britten, L. Bernstein, A. Pärt, J. Corigliano), sans négliger le patrimoine fribourgeois. Parmi les œuvres ambitieuses abordées par le chœur, citons Ein deutsches Requiem de J. Brahms, la Grande Messe en Ut ou les Vesperae solennes de Confessore de W.A. Mozart, le Magnificat et le motet Jesu, meine Freude de J. S. Bach. En 2017, lors de son dixième anniversaire, il interprète notamment une création du Père Théo Flury de l’abbaye d’Einsiedeln, une œuvre conçue sous la forme d’un hommage à J. S. Bach. 

L’effectif réduit permet d’aborder des œuvres intimistes. Cependant de fréquentes collaborations avec des chœurs amis (le Chœur de la Cathédrale Saint-Nicolas, le Chœur Pro Arte de Lausanne) donnent à l’ensemble l’opportunité de chanter des œuvres aux dimensions plus imposantes, telles que la Neuvième Symphonie de L. van Beethoven, au Festival d’Interlaken 2010 (avec l’European Union Youth Orchestra, sous la direction de V. Ashkenazy). Le chœur Arsis collabore également avec de nombreux ensembles instrumentaux dont le Capriccio Barockorchester, l’Orchestre de chambre fribourgeois (OCF) ainsi que l’Ensemble Continuum. En 2011, le chœur Arsis remporte le concours choral de Fribourg (prix du public et prix du jury), et se voit engagé pour le concert d’ouverture de l’édition suivante.

Régulièrement invité en Suisse et à l’étranger, le chœur chante notamment  dans la saison du Théâtre Equilibre de Fribourg en 2015, au festival Musique des Lumières à Delémont, où il y interprète la Missa in Angustiis de J. Haydn. En 2018, il collabore avec l’Ensemble de la Schola de Sion lors d’un concert dans la capitale valaisanne. Hors de nos frontières, Arsis a eu le privilège de chanter au Dom de Salzburg, à la Basilique Saint-Pierre de Rome, ou encore à la basilique Santa Maria Novella de Florence.

Un des particularités d’Arsis réside dans son encadrement professionnel qui lui offre un développement musical remarquable. En effet, des formations vocales sont proposées par des enseignants de chant au conservatoire de Fribourg, Sophie Marilley, Jean-Luc Waeber et Marie-Françoise Schuwey, ou encore de la phonétique par Anthony di Giantomasso (prof. HEMU Lausanne). Par ailleurs chaque répétition du chœur est réalisée sous la conduite d’un chef professionnel, d’un co-répétiteur et d’une cheffe assistante, tous diplômés des Hautes Écoles de Musique suisses. 

En juin 2019, Arsis a eu le privilège d’inviter l’illustre chef de Chœur Daniel Reuss, pour un concert regroupant des œuvres de J. Brahms, F. Mendelssohn, A. Schnittke ainsi que A. Pärt. Enfin, en novembre dernier, la Messe Nr.2 in G-Dur de F. Schubert, de même que les Vesperae solennes de Confessore de W. A. Mozart, accompagnées par l’Ensemble Continuum, ont clos en beauté l’année 2019 du chœur Arsis.